Vote confessionnel

(27 avril 2022) Pour compléter ce que je disais sur la diminution de pertinence de la notion de vote confessionnel (post du 23 mars 2022 sur les intentions de vote des catholiques), voir un article de Denis Pelletier affirmant que « La notion de vote catholique n’a plus de sens » (La Croix, 28 avril 2022).

Autre illustration de cette idée, il n’y a eu cette année (pour l’instant) que 3 enquêtes prenant en compte la confession dans le vote, il y en avait eu 7 en 2017 et 10 en 2013.

Ajout du 4 mai: un article de La Croix qui affirme l’existence d’un vote confessionnel.

 

Prêtres français

La CEF met en ligne les résultats d’une enquête sur la santé des prêtres en activité.

Principaux enseignements de l’étude :

  • Une surreprésentation des prêtres plus jeunes avec une possible sous-estimation de problèmes de santé,
  • La relative bonne adhésion des prêtres sollicités et la qualité des réponses fournies,
  • Un état de santé physique déclaré plutôt satisfaisant mais une plus forte prévalence de maladie chronique encore accentuée pour les plus âgés,
  • Une estimation de burnout pour moins de 2% des prêtres,
  • Un état de santé psychique moins favorable caractérisé par :
  • Une forte prévalence des états dépressifs quel que soit l’âge, accentuée par l’isolement dans son lieu de vie et l’absence de soutien (pastoral et matériel),
  • et un faible score d’accomplissement personnel pour 4 répondants sur 10,
  • Une forte prévalence du surpoids et de l’obésité,
  • Un mésusage de l’alcool pour 2 prêtres sur 5,
  • Des pratiques préventives qui si elles restent à améliorer sont d’un bon niveau.

Droit et religions. Les rapports entre parents et enfants en quête de repères

Le LID2MS et le Centre Pierre Kayser organisent une journée d’étude, droit et religions. Les rapports entre parents et enfants en quête de repères, le jeudi 1er avril 2010, à Aix-en-Provence (Université Paul Cézanne – Faculté de Droit et de Science Politique).

Face à l’affolement juridique actuel devant la perte des repères traditionnels, la relation entre filiation et parenté est en pleine mutation. Cette journée se propose d’aborder à travers une démarche disciplinaire les nouvelles relations entre filiation et parenté. Face aux mutations actuelles caractérisées par l’individualisation et la démocratisation au sein de la famille mais aussi par la dissociation entre la filiation et la procréation, il s’agira d’analyser, d’un point de vue essentiellement juridique les interactions entre les religions, les individus et le droit contemporain de la famille (voir le programme).