Fin de vie

Le Quotidien du médecin fait état des résultats très divergents de deux sondages sur la fin de vie. 
Un sondage réalisé avec OpinionWay début septembre montre qu’une très grande majorité de soignants préfèrerait en rester au cadre actuel de la loi Leonetti-Claeys (le droit à une sédation profonde et terminale jusqu’au décès pour des malades incurables et à l’espérance de vie très courte), et est défavorable à une implication des soignants dans une aide active à mourir, que la plupart refuserait.
À l’inverse, un sondage réalisé par l’Ifop pour l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) en octobre 2022 révèle que 78 % des Français attendent de la convention citoyenne qu’elle légalise l’aide active à mourir, considérant pour 82 % d’entre eux que l’euthanasie et le suicide assisté sont des soins de fin de vie.  L’article n’évoque pas le sondage réalisé peu de temps auparavant pour la MGEN, qui fournissait des résultats similaires.

Il semble bien qu’il y ait sur ce point (et peut-être sur d’autres) un fossé entre les patients et les soignants. Parlent-ils bien de la même chose, et surtout, portent-ils le même regard sur les conditions de fin de vie des patients à l’hôpital?

Les religions et la fin de vie

Comme souvent en France lorsqu’une question éthique vient dans l’actualité, les groupes religieux s’expriment sur le sujet.
Sur les questions de fin de vie, différents groupes chrétiens ont publié tour à tour différents textes. Le Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France vient de publier le 16 janvier 2014, le document Fin de vie : pour un engagement de solidarité et de fraternité concernant le débat sur la fin de vie.
Auparavant, du côté des protestants, la Fédération protestante de France avait publié le 13 janvier « Vivant jusqu’à la mort ». En novembre 2013, la Commission d’éthique protestante évangélique publiait « Fin de vie », texte avec lequel le Conseil National des Evangéliques de France vient d’annoncer son accord. Encore plus tôt, en mai 2013, l’Eglise protestante Unie de France avait publié  « A propos de la fin de vie humaine ».
Rien du côté des autres groupes religieux; mentionnons seulement pour mémoire, pour le judaïsme, la déclaration commune catholiques-juifs de 2007.

La mort: enterré ou incinéré, fin de vie assistée…

Ce ne sont pas directement des sondages concernant la religion, mais deux informations sur les prises de position des Français autour des questions liées à la mort, sujet fréquemment lié à la religion. D’abord, selon un sondage BVA-20 minutes, les Français sont maintenant 60% à vouloir être incinéré. Ensuite, selon un sondage publié par l’IFOP, 89% des Français “souhaitent que le président de la République tienne sa promesse de campagne en autorisant, dans le cadre d’une loi votée par le Parlement, le recours à l’euthanasie active pour les personnes en fin de vie qui en feraient la demande”.

Fin de vie

L’IFOP met en ligne les résultats d’une enquête sur les Français et la fin de vie.

A noter, si un petite moitié des Français (47%) affirme déjà ne pas vouloir d’un accompagnement spirituel de sa fin de vie, un tiers des interviewés (33%) attend de voir, le moment venu…

Comme on l’a déjà souligné à propos d’autres enquêtes, c’est entre pratiquants et non pratiquants que le clivage est très marqué: si 20% de l’ensemble des interviewés souhaite un accompagnement spirituel de sa fin de vie, c’est 77% des catholiques pratiquants mais seulement 18% des non pratiquants. A titre indicatif, cela représente 75% des musulmans interviewés, mais avec un échantillon trop petit pour être vraiment révélateur.

Par contre, il y a toujours une moitié des interrogés à estimer que la loi actuelle est insuffisante; elle ne permet pas suffisamment d’atténuer les souffrances (48%), d’éviter l’acharnement thérapeutique (59%) ou de respecter la volonté du malade (68%). Une majorité de l’ensemble des interrogés se dit favorable à la légalisation de l’euthanasie (86%); les catholiques pratiquants sont plus nombreux que la moyenne à y être opposés (41% contre 14%), les catholiques non pratiquants au contraire moins nombreux (9% – les sans religion 6%).

Les Français et l’euthanasie

Je viens juste de remarquer la mise en ligne des résultats d’une enquête de février 2012, réalisée pour Grazia par Harris interactive, sur les Français et l’euthanasie active.

La pratique et l’appartenance religieuses sont  à mettre en lien avec les opinions des interviewés sur l’euthanasie et son autorisation légale. L’appartenance religieuse joue en effet un rôle, mais ce qui me frappe surtout c’est la différence d’opinions, pour les catholiques, entre pratiquants réguliers, pratiquants occasionnels et non pratiquants.

Si les catholiques pratiquants réguliers se montrent en effet moins prêts à accepter la légalisation de l’euthanasie (73% contre 91% des interviewés en moyenne), les catholiques non pratiquants occasionnels sont à 94% et l’ensemble des catholiques à 91% comme la moyenne générale. Les catholiques pratiquants réguliers sont 27% à la refuser totalement; mais si l’on considère les catholiques dans leur ensemble, le chiffre est à 7%, comme la moyenne, tout en étant à 10% parmi ceux qui appartiennent à une autre religion. Ceux-là ne sont que 16% à être favorables à sa pratique « dans tous les cas » (contre 40% en moyenne).

Les sans religions sont globalement plus favorables (97% contre 91% de oui, avec une insistance sur l’inconditionnalité, 55% contre 40%).

Les Français et l’euthanasie

IFOP met en ligne les résultats d’un sondage sur les Français et l’euthanasie. Il n’y a pas de résultats selon l’appartenance religieuse, mais l’évolution de l’éthique semble importante à noter, compte tenu de l’importance des convictions religieuses dans ce domaine. Notons donc qu’un Français sur deux (49 %) estime aujourd’hui que la loi devrait autoriser les médecins à mettre fin sans souffrance, à la vie de personnes atteintes de maladies insupportables et incurables si elles le demandent et 45 % y seraient favorables mais dans certains cas seulement. L’intensité de l’adhésion à une légalisation de l’euthanasie a très fortement augmenté en quelques mois, après être restée plutôt stable depuis une dizaine d’années. Ainsi, en avril 2001, 88 % des personnes interrogées approuvaient ce principe, mais ce chiffre passe à 94% depuis octobre dernier. De plus, on note récemment une forte augmentation de la réponse “oui, absolument” (de 36% en octobre dernier à 49% aujourd’hui).

Les Français et l’euthanasie

L’Ifop publie les résultats d’une enquête effectuée pour Sud Ouest Dimanche, qui fait le point sur l’acception de l’euthanasie par la population française (une proposition de loi a été déposée par un groupe de sénateurs de l’opposition le 13 octobre dernier). Les Français seraient 94% à approuver une législation qui permettrait l’euthanasie (94%), ce qui représente 6% de plus qu’en 2001. 58% d’entre eux, cependant, estiment que la loi devrait permettre l’euthanasie seulement « dans certains cas » (ils n’étaient que 50% à souhaiter ces restrictions en 2001).
Comme souvent quand il s’agit de ‘bioéthique’, l’appartenance religieuse a un effet important sur les positions individuelles. Ainsi, les personnes se déclarant sans religion sont plus nombreuses à accepter l’euthanasie sans restriction (43%, contre 36% en moyenne). Les musulmans sont beaucoup plus nombreux, inversement, à refuser cette pratique (42% de refus), ainsi dans une moindre mesure que les catholiques pratiquants (17% de refus), contre 6% en moyenne). Les résultats complets de l’étude sont disponibles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search