Le vote des électorats confessionnels au second tour de la présidentielle

L’IFOP publie les résultats d’une enquête sur le vote des électorats confessionnels au second tour de la présidentielle.
Les catholiques dans leur ensemble ont voté Front national à 38% (34,3% pour l’ensemble des Français) et En marche! à 62% (rappel ensemble des Français: 34,3% et 65,7%)
Comme au premier tour, ce sont plutôt les catholiques pratiquants occasionnels qui ont voté Front national (46%) plus volontiers que les pratiquants réguliers (29%). Le vote des protestants (Emmanuel Macron 67%, Marine Le Pen 33%) est très proche de celui de la moyenne nationale, tandis que les musulmans ont massivement voté pour Macron (92%). Si on ne prend que les personnes sans religion, alors la proportion est de 70% pour Macron et 30% pour Le Pen.
La proportion de catholiques qui ont voté est forte, 78% (80% chez les pratiquants réguliers), elle est de 76% pour les protestants et 62% pour les musulmans.

IPSOS publie également une sociologie des électorats, dont les résultats sont moins contrastés (pratiquants réguliers et occasionnels 66%-34%, non pratiquants 62%-38%, autres religions 72%-28%, sans religion 62%-32%). La proportion de votants atteindrait 82% chez les catholiques pratiquants réguliers, 78% chez les pratiquants occasionnels, 77% chez les non pratiquants, 69% pour les autres religions, 71% pour les sans religion.

Les catholiques et Fillon

L’IFOP met en ligne les résultats d’une enquête sur Les intentions de vote des catholiques à l’élection présidentielle de 2017 après le déclenchement de l’affaire Fillon.

C’est principalement auprès des catholiques pratiquants que les répercussions de l’affaire Fillon se font sentir: François Fillon perd 12 points (de 49% des voix début janvier à 37%) dans cette catégorie de la population, baisse supérieure à celle enregistrée dans l’ensemble de la population (-5 points) et chez les catholiques non pratiquants (-6 points).

Religion et élections

Quelques mots d’explication de Pierre Bréchon dans Le Figaro à propos du poids du facteur religieux dans l’élection présidentielle, qui remettent les choses en perspective; une réflexion plus poussée au sujet du vote et de l’intégration religieuse sur le site de trielec 2012.

Il en ressort que les catholiques pratiquants mensuels et irréguliers s’identifient toujours nettement à la droite, alors que les sans religion s’identifient beaucoup plus souvent à la gauche. Pour les adeptes des autres religions, leur positionnement fréquent à gauche est certainement dû au positionnement des musulmans, puisque 66 % des musulmans s’identifient à la gauche contre seulement 30 % des protestants (pour information: 27 % des catholiques.
C’est dans le groupe des “sans religion” que l’on note l’évolution la plus sensible. Cela s’explique par la croissance numérique de ce groupe: devenus plus nombreux, les sans religion sont aussi plus hétérogènes du point de vue de leurs orientations politiques. Ainsi, si l’on trouvait il y a une dizaine d’années 80 % des sans religion votant à gauche, il n’y en a plus que 58 % en 2012. En tout état de cause, l’orientation politique est de nos jours moins liée à la religion qu’autrefois.

Les intentions de vote des protestants de France pour la présidentielle 2012

Après l’enquête SOFRES sur les catholiques et la politique  et celle de l’IFOP sur le vote juif, IFOP met en ligne les résultats d’une enquête menée pour le journal Réforme sur Les intentions de vote des protestants pour l’élection présidentielle de 2012.

Les protestants semblent plus attirés par la candidature de Nicolas Sarkoy (+5) et de François Bayrou (+4,5), et moins par celles de François Hollande (-4,5), de Jean-Luc Mélenchon (-3,5) et de Marine Le Pen (-2), que l’ensemble des Français.

Le protestantisme est cependant loin de présenter un visage homogène: on constate d’abord une diversité régionale importante. Ainsi, si les protestants sont 22,5% en moyenne à affirmer vouloir voter pour François Hollandde, ce chiffre est de 13% dans le grand Est et de 37% dans le grand Sud; de même pour Marine Le Pen avec 14%, 28% dans le grand Est et 9% dans le grand Sud). On constate également des variations en fonction du genre, et de l’âge: François Bayrou recueille 16,5% des intentions de vote, 10% des moins de 50 ans et 20% des plus de 50 ans.

Cette évolution du profil politique des protestants est certainement à mettre en lien avec les évolutions internes du protestantisme en France et l’évolution numérique de ses différents courants.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search