Mariage, divorce et droit des religions (suite)

Cardiff Law School et Centre for the Study of Islam in the UK de Cardiff University viennent de publier un rapport de leur programme de recherche sur l’utilisation du droit interne des religions dans le pays: ‘Social Cohesion and Civil Law: Marriage, Divorce and Religious Courts’ (Beth Din, cour matrimoniale de l’Eglise catholique romaine, “Shariah Council”).
Social Cohesion and Civil Law: Marriage, Divorce and Religious Courts, Gillian Douglas, Norman Doe, Sophie Gilliat-Ray, Russell Sandberg and Asma Khan, June 2011, disponible en ligne.

Mariage, divorce et droit des religions

Un séminaire sur ‘Britain’s Religious Courts: Marriage, Divorce and Civil Law’, faisant suite au groupe de recherche sur ‘Social Cohesion and Civil Law: Marriage, Divorce and Religious Courts’ (AHRC/ESRC Religion and Society Programme) aura lieu le 18 mai 2011 à Cardiff.

S’inscrire avant le 6 mai 2011; renseignements auprès de Dr Russell Sandberg (SandbergR@cf.ac.uk).

Les catholiques et le divorce

TNS Sofres / Logica met en ligne les résultats d’une étude réalisée pour le magazine Pèlerin (février-mars 2009): le regard des Français et des catholiques sur le divorce (note: le titre n’est pas de moi, mais il m’amuse: s’il s’agissait d’une autre religion, on peut imaginer les réactions par rapport à la différence faite entre les croyants et les Français…).
Les catholiques semblent un peu moins nombreux à être concerné par le divorce (ce qui signifie être divorcé, ou avoir des enfants ou des parents divorcés) que l’ensemble de la population (38% contre 40%); les chiffres changent quand il s’agit de savoir s’ils sont eux-même divorcés (17%, le chiffre est le même que pour l’ensemble des sondés). Les catholiques pratiquants sont moins souvent remariés que les non pratiquants (ils sont respectivement 4% et 6%). Il y a 75% de catholiques (même résultat que pour l’ensemble) à penser que l’Eglise devrait adopter une attitude plus souple sur la question du remariage religieux des personnes divorcées déjà mariées religieusement, pour tenir compte de l’évolution des moeurs (67% de pratiquants, et 77% de non pratiquants). Si on ne prend en compte que les divorcés, le chiffre monte à 79% et est identique à celui de l’ensemble des sondés. Pour en savoir plus, vous pouvez aller voir les résultats de l’enquête.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search