En quoi les jeunes croient-ils?

En quoi les jeunes croient-ils ?, OpinionWay pour La Croix, mars 2018, sondage réalisé auprès des jeunes de 18 à 30 ans.

Des « croyants » qui ne « croient » pas tous
L’existence de Dieu paraît « certaine ou probable » à 52% du total, 58% des 18-21 et 55% des 21-25 ans. De façon plus suprenante, l’existence de Dieu ne paraît « certaine ou probable » qu’à 72% de ceux qui disent avoir une religion (30% la jugent « certaine », 42% « probable ») ainsi qu’à 70% des chrétiens (91% des pratiquants et 60% des non-pratiquants).
De plus, 7% des croyants pratiquants pensent que l’existence de Dieu est « improbable ». 26% de ceux qui ont une religion pensent qu’elle est « improbable » (21%) ou « exclue » (5%). En revanche, 26% de ceux qui n’ont pas de religion pensent qu’elle est « certaine » (3%) ou « probable » (23%).

Des chrétiens pas trop « spirituels »
50% des chrétiens jugent la dimension spirituelle « plutôt » (34%) ou « très » (16%) importante. 79% des membres des autres religions la trouvent « très » (38%) ou « plutôt » (41%) importante.

Les relations entre religions
63% jugent le dialogue entre religions « facile », 36% « difficile » ; ceux qui ont une religion sont plus nombreux à le juger « facile » (69%) que ceux qui n’en ont pas (57%), et les pratiquants plus nombreux (74%) que les non-pratiquants (65%).
Ils sont 57% (soit 7 points de plus qu’en 2016) à juger « facile » d’assumer sa croyance, et 43% (7 de moins, 37% en 2016) à juger cela « difficile ». Les chrétiens dans l’ensemble jugent plus volontiers « facile » (56%) d’assumer sa religion que les membres d’autres religions (39%, et 57% à trouver cela « pas facile » dont 14% qui jugent cela « très difficile »).

Une appartenance religieuse en hausse
Par rapport au sondage de 2016, l’appartenance religieuse est catholique à 41% (-1), musulmane à 8% (+4). L’appartenance protestante, bouddhiste, juive et orthodoxe est stable (à 3, 1, 1 et 0%), celle à une autre religion augmente à 3% (+1). Les sans religions sont 43% (-4 par rapport à 2016). Ils sont 57% à déclarer une religion, soit 4 de plus qu’en 2016.
De façon similaire à d’autres sondages, on voit que l’appartenance religieuse augmente par croissance de l’appartenance à l’islam et à d’autres religions, et diminution des sans religions.

Croire et appartenir en Europe aujourd’hui

Colloque annuel de Leiden University Centre for the Study of Religion (LUCSoR) Compassion, Social Engagement, and Discontent: Believing and the Politics of Belonging in Europe Today, 10-11 novembre 2016, Leiden. Inscription gratuite obligatoire avant le 1er novembre lucsorconference@religion.leidenuniv.nl

Croyances et athéisme dans le monde

A partir de résultats de l’enquête 2008 de l’ISSV, Tom W. Smith (NORC/Université de Chicago) publie un commentaire autour de la question des croyances en Dieu, avec une prise en compte de l’évolution entre 1991 et 2008: Beliefs”about”God”across”Time”and”Countries. On trouve également sur ce sujet un article dans Religioscope.

Les pays avec un taux élevé d’athéisme avec un fort taux d’adhésion, sont les anciens pays socialistes et les pays du nord de l’Europe. Inversement, les pays au fort taux d’adhésion aux croyances sont les pays à majorité catholique, notamment les pays en voie de développement, ainsi que les Etats-Unis, Chypre et Israël. Bien que les changements soient de faible ampleur, on observe cependant une diminution constante de la croyance en Dieu, sauf dans certains pays. Les schémas n’étant pas constants ni homogènes, il est difficile de poser des prévisions.

Les Français et les nouveaux enjeux de la famille

L’IFOP met en en ligne les résultats d’une enquête sur les Français et les nouveaux enjeux de la famille réalisée pour Femme actuelle et Enfant magazine.

Cela fournit une sorte de portrait des valeurs familiales. On constate facilement que la variable de l’appartenance religieuse a une influence notable sur le résultat pour plusieurs des aspects étudiés.
Ainsi, ‘deux adultes du même sexe avec des enfants issus d’une précédente union’, cela constitue une famille de l’avis de 50% des sondés. Si l’on regarde du côté de l’appartenance religieuse, ils sont 24% des catholiques pratiquant réguliers, 36% des pratiquants occasionnels, 46% des non pratiquants et 63% des sans religion à considérer ce groupe comme une famille. La variation est comparable si l’on évoque ‘deux adultes du même sexe avec des enfants adoptés’: 18% des catholiques pratiquant réguliers, 36% des pratiquants occasionnels, 45% des non pratiquants et 60% des sans religion.
Les sondés dans leur ensemble sont 51% (ils étaient 46% en 2006) à considérer que les couples homosexuels devraient avoir les mêmes droits à l’adoption que les couples hétérosexuels mariés. Là encore, on trouve 22% des pratiquants, 35% des pratiquants occasionnels, 48% des non pratiquants et 64% des sans religion.
90% des sondés pensent que le travail des femmes contribue à l’indépendance de la femme et à l’équilibre des couples. 67% cependant pense que le travail des femmes favorise l’éclatement de la famille. Cette opinion est exprimée par la majorité des catholiques, qu’ils soient pratiquants réguliers (56%) ou occasionnels (42%), ainsi que par 47% des musulmans.
C’est chez les catholiques pratiquants que l’on associe le plus la famille au bonheur, et chez les athées qu’on l’associe le plus au partage (47% contre 26% des catholiques pratiquants réguliers). Enfin, les athées associent plus la famille à des notions négatives (conflits, contraintes) que les croyants.

Transformations du sacré

Un appel à contribution est lancé pour le premier colloque bisannuel de ESA Sociology of Religion Research NetworkTransformations of the Sacred in Europe and Beyond, 3-5 septembre 2012, Université de Potsdam, Campus Griebnitzsee.

Le colloque s’intéressera notamment aux évolutions du sacré dans les traditions religieuses anciennes, la question de croire sans appartenir et l’appartenance informelle, la religion populaire et les évolutions de la spiritualité, la religion implicite.

Croire – mais à quoi? – Reuters

Reuters met en ligne un bref article fournissant les résultats essentiels d’un sondage sur la croyance religieuse mené auprès de 18 829 personnes dans 23 pays; on trouve également quelques informations sur le site d’Ipsos qui a réalisé l’enquête.

Selon cet article, 39% des Français ne croiraient pas en Dieu (ce qui est d’ailleurs un chiffre inférieur à celui donné par l’IFOP (44%), et un peu au-delà de la marge d’erreur). Quoi qu’il en soit, la France reste le pays où le taux de non croyants est le plus élevé, la Suède venant ensuite avec 37%, la Belgique à 36%, la Grande-Bretagne à 34%, le Japon 33% et l’Allemagne 31%.

Il me semble que l’enseignement le plus intéressant que l’on puisse retirer de ce sondage, c’est la diversité des concept: le sondage évoque une forme “d’entité divine”: un ou des dieu(x) ou être(s) suprème(s). Il évoque aussi la diversité des positionnements: indécis (“parfois je crois, parfois non” ou “je ne suis pas sûr(e) d’y croire”.

De même, l’enquête évoque les croyances pour l’après-mort: on croit à une forme de vie “but not specifically in a heaven or hell” (23%); au paradis ou à l’enfer (19%), à la réincarnation (7%), au paradis mais pas à l’enfer (2%). Pour d’autres, on cesse simplement d’exister (23%); enfin, certains (les plus rationnels, les plus prudents???) “don’t know what happens” (26%).

Les Suisses ne croient plus à rien?

On trouve sur le site de l’Université de Lausanne le compte rendu d’une étude menée dans le cadre du Programme national de recherche « Collectivités religieuses, Etat et société » (PNR 58): il semble que les Suisses sont toujours plus nombreux à se distancer de la religion.

Religion et société au Royaume-Uni

Un appel à communication est lancé pour le colloque international « Religion et société au Royaume-Uni (XIXe-XXIe siècle) » organisé par l’ACE à Rennes 2, les 7 et 8 octobre 2010.

Le colloque privilégiera les 5 thématiques suivantes: les pratiques et croyances religieuses; la place des femmes dans les différentes confessions religieuses; le débat autour de l’homosexualité; l’engagement politique des confessions religieuses; le désétablissement de l’Église d’Angleterre.