Emotion communautaire

La difficile semaine dernière s’est achevée sur un journée extrêmement forte en émotion, et exceptionnelle de plusieurs façons : que ce dimanche ait vu se dérouler la plus grande manifestation jamais recensée en France, et que des manifestations de cette ampleur se soit passées sans casse et sans blessés, dans la dignité, le calme et le recueillement, n’était pas garanti d’avance. Ce dimanche a également été le théâtre de bien d’autres choses frappantes, comme l’ampleur de la mobilisation diplomatique internationale, surprenantes comme des manifestants applaudissant la police, bizarres comme cette Marseillaise tant décriée entonnée partout, ou inattendues comme Benyamin Nétanyahou participant au même défilé que Mahmoud Abbas. Après la sidération, avec la douleur, la tristesse, en réponse à la peur ou la colère suscitées par les événements de jeudi et vendredi, une réponse collective d’une ampleur inégalée s’est donnée à voir.
Parmi les multiples slogans et images portés par les manifestants, « Je suis Charlie » a été le plus vu ; devenu le hashtag les plus utilisés ces derniers jours, le slogan a été repris dans tous les pays du monde, par des anonymes, des lycéens, des journalistes, des caricaturistes, des personnalités connues (Georges Clooney par ex.)… il est célèbre au point d’avoir maintenant sa page wikipedia. Et il a été repris, transformé, augmenté : si on a pu voir quelques antislogans, on a surtout pu lire de nombreuses déclinaisons du motif : « je suis Charlie », certes, mais aussi « je suis policier », « je suis Ahmed », « je suis juif », « je suis musulman », « je suis flic », « je suis Lassana ».  Ce 11 janvier a ainsi fait surgir, dans l’émotion, une unité nationale. Nombreux sont ceux qui sont heureux de ce surgissement, et réjouis par ce que cette mobilisation montre de « la France » (libre, debout, forte, fière… ). Cette France, comme ont voulu le montrer les manifestants, est constituée du rassemblement des diversités : « Je suis policier, tu es juif, il est Charlie, nous sommes la France », résumaient par exemple certains slogans.
Mais il ne faut pas s’arrêter là. Car l’identité dont ces slogans étaient porteurs est paradoxale : comme le célèbre « ceci n’est pas une pipe », chacun d’eux dit, de celui qui l’utilise, ce qu’il n’est justement pas. Déplacement particulièrement intéressant, en conclusion de la manifestation d’hier. La France est constituée par les individus aux convictions différentes qui y vivent ensemble ;  le comprendre et réaliser que dans leur très grande majorité, ils veulent tous se réclamer des mêmes valeurs de tolérance, c’est une très bonne chose. Comprendre également, à cette occasion, que les individus sont eux-mêmes porteurs d’identité multiples, et qu’on peut être à la fois, pour prendre des exemples au hasard, « Charlie et manif pour tous », « croyant et laïc », « musulman et policier », c’est encore mieux.
Hier a vu manifester, et se manifester, la communauté nationale. Ce dimanche a aussi montré que cette communauté nationale est constituée d’autres communautés, et qui plus est que ces groupes se recouvrent. Les appartenances ne sont pas exclusives, pas plus que les individus ne sont univoques. Si les manifestations d’hier peuvent alors donner plus d’épaisseur, plus de complexité, plus de sens au mot « communauté », alors, comme l’a dit Patrick Pelloux, c’était « le premier jour de quelque chose ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search