En quoi les jeunes croient-ils?

En quoi les jeunes croient-ils ?, OpinionWay pour La Croix, mars 2018, sondage réalisé auprès des jeunes de 18 à 30 ans.

Des « croyants » qui ne « croient » pas tous
L’existence de Dieu paraît « certaine ou probable » à 52% du total, 58% des 18-21 et 55% des 21-25 ans. De façon plus suprenante, l’existence de Dieu ne paraît « certaine ou probable » qu’à 72% de ceux qui disent avoir une religion (30% la jugent « certaine », 42% « probable ») ainsi qu’à 70% des chrétiens (91% des pratiquants et 60% des non-pratiquants).
De plus, 7% des croyants pratiquants pensent que l’existence de Dieu est « improbable ». 26% de ceux qui ont une religion pensent qu’elle est « improbable » (21%) ou « exclue » (5%). En revanche, 26% de ceux qui n’ont pas de religion pensent qu’elle est « certaine » (3%) ou « probable » (23%).

Des chrétiens pas trop « spirituels »
50% des chrétiens jugent la dimension spirituelle « plutôt » (34%) ou « très » (16%) importante. 79% des membres des autres religions la trouvent « très » (38%) ou « plutôt » (41%) importante.

Les relations entre religions
63% jugent le dialogue entre religions « facile », 36% « difficile » ; ceux qui ont une religion sont plus nombreux à le juger « facile » (69%) que ceux qui n’en ont pas (57%), et les pratiquants plus nombreux (74%) que les non-pratiquants (65%).
Ils sont 57% (soit 7 points de plus qu’en 2016) à juger « facile » d’assumer sa croyance, et 43% (7 de moins, 37% en 2016) à juger cela « difficile ». Les chrétiens dans l’ensemble jugent plus volontiers « facile » (56%) d’assumer sa religion que les membres d’autres religions (39%, et 57% à trouver cela « pas facile » dont 14% qui jugent cela « très difficile »).

Une appartenance religieuse en hausse
Par rapport au sondage de 2016, l’appartenance religieuse est catholique à 41% (-1), musulmane à 8% (+4). L’appartenance protestante, bouddhiste, juive et orthodoxe est stable (à 3, 1, 1 et 0%), celle à une autre religion augmente à 3% (+1). Les sans religions sont 43% (-4 par rapport à 2016). Ils sont 57% à déclarer une religion, soit 4 de plus qu’en 2016.
De façon similaire à d’autres sondages, on voit que l’appartenance religieuse augmente par croissance de l’appartenance à l’islam et à d’autres religions, et diminution des sans religions.

Les Français et le protestantisme

L’IFOP met en ligne les résultats d’un sondage sur la perception du protestantisme en France et en Allemagne.

Pour une fois, les résultats concernant les protestants sont distribués entre pratiquants et non-pratiquants, et non entre protestants évangéliques (l’IFOP persiste malheureusement à les appeler évangélistes) et protestants du courant luthéro-réformé.

Personne n’est à l’abri d’un copier-coller malheureux, donc ceci n’est pas une critique: je remarque seulement que quelqu’un a intitulé le sondage “Les Français et l’apéritif” dans la base de données de l’IFOP…

 

Sociologie de l’électorat en France

L’Ipsos publie une sociologie de l’électorat après le premier tour de l’élection présidentielle. Encore une fois, les résultats sont déclinés en catholiques pratiquants réguliers et occasionnels, et non pratiquants, et “autres religions” en bloc, ce qui ne renseigne pas énormément. On remarque encore une fois que le degré d’adhésion joue un rôle important: l’écart est beaucoup plus grand entre la moyenne générale et les catholiques pratiquants réguliers, qu’entre la moyenne générale et les catholiques non pratiquants.

Enquête IFOP

L’IFOP publie les résultats d’une enquête To bi or not to bi? Enquête sur l’attirance sexuelle entre femmes.
Un certain nombre de résultats sont ventilés selon la religion, donc je mentionne le sondage; mais je dois avouer que je reste un peu perplexe quant à l’utilité de cette information. Rien de nouveau en tout cas, car on y constate que les catholiques pratiquantes ont en général tendance à avoir des moeurs plus traditionnelles, et qu’il n’y a quasiment pas de différences entre les catholiques non pratiquantes et la population générale – plutôt attendu comme résultat.

Puisque je parle de ce sondage, j’en profite pour regretter que les documents ne soient pas un peu mieux relus avant d’être publiés; on aurait évité une phrase aussi bancale que “une jeune fille sur dix se dit soit bi ou lesbienne”, et les deux horriiiibles fautes de grammaire de la phrase “une femme sur quatre s’est déjà faite draguée par une autre femme”. #bescherelletamere 🙂