Les Français et le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles

L’IFOP met en ligne les résultats d’une étude sur L’adhésion des Français au projet de loi de Marlène Schiappa contre les violences sexistes et sexuelles. Certains résultats sont ventilés en fonction de la religion.

Il y aurait beaucoup à commenter sur cette enquête. Faute de temps, je relève juste un petit élément qui m’a sauté aux yeux. De façon étonnante, alors que la répartition entre les différentes réponses varie toujours, même légèrement, pour les catégories « catholiques pratiquants », « catholiques non pratiquants », et « sans religion », les réponses à la question « Personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à l’allongement du délai de prescription des viols sur mineurs à 30 ans après la majorité (contre 20 ans actuellement)? » donne 73% de choix pour la réponse « très favorable », tant pour « catholiques pratiquants », « catholiques non pratiquants » que « sans religion ». Seule la catégorie « autre religion » a 56% de réponses très favorables pour cet item.

Si l’on additionne les réponses « très favorable » et « favorable », on retrouve cependant des variations, qui diluent cet effet de similarité.

Données personnelles et sensibles

Journée d’études « Données sensibles et personnelles. Quels enjeux pour la recherche en SHS ?« , 7 novembre 2017, université Paris Nanterre.
A l’aune de l’application du règlement européen en France (mai 2018), cette journée d’études entend sensibiliser la communauté des SHS aux enjeux du traitement de données personnelles et sensibles. A cette occasion, diverses questions seront abordées : Comment se repérer dans un contexte réglementaire en mutation ? Quelles sont les obligations et démarches qu’un projet de recherche doit respecter ? L’accès facilité aux données autorise-t-il à tout collecter ? Quelles sont les solutions informatiques à adopter ? Quel archivage pour quelles données ?
Entrée sur inscription, dans la limite des places disponibles.