Vote confessionnel

(27 avril 2022) Pour compléter ce que je disais sur la diminution de pertinence de la notion de vote confessionnel (post du 23 mars 2022 sur les intentions de vote des catholiques), voir un article de Denis Pelletier affirmant que « La notion de vote catholique n’a plus de sens » (La Croix, 28 avril 2022).

Autre illustration de cette idée, il n’y a eu cette année (pour l’instant) que 3 enquêtes prenant en compte la confession dans le vote, il y en avait eu 7 en 2017 et 10 en 2013.

Ajout du 4 mai: un article de La Croix qui affirme l’existence d’un vote confessionnel.

 

Politiques d’alphabets

La cinquième séance du séminaire Politiques d’alphabets, alphabets politiques aura lieu le 5 mai 2022, Misha (salle table ronde), 9h30-12h en en visioconférence.

Discutante : Anne-Laure Zwilling

● Sylvie Donnat, Université de Strasbourg
« Écriture hiéroglyphique et idéologie pharaonique »

● Florent Villard, Sciences Po Rennes
« La ‘révolution de l’écriture’ du critique culturel marxiste Qu Qiubai (1899-1935) : imaginaire national, eurocentrisme et plurilinguisme en Chine républicaine »

● Mat Pires, Université Franche-Comté
« Le fait religieux dans la notation du konkani par l’alphabet latin »

Religion et second tour

Certains responsables religieux se sont exprimés dans la perspective du second tour de l’élection présidentielle qui doit avoir lieu dimanche 24 avril. 

 

 

 

Les intentions de vote des catholiques

La première enquête pré-présidentielles sur les votes confessionnels vient d’être publiée par l’IFOP: elle concerne Les catholiques pratiquants et l’élection présidentielle de 2022.

En attendant les suivantes… s’il y en a: d’une part, l’influence de l’appartenance religieuse sur le vote semble en baisse (Jean-Paul Willaime a expliqué dans Réforme que l’hypothèse d’un vote protestant n’est plausible que pour certains segments du protestantisme, et que le vote protestant s’estompe; l’IFOP soulignait en 2014 qu’il n’y a pas de vote juif (Ifop Focus” n°116, août 2014), Franck Frégosi avait exposé en 2017 ses doutes quant au vote musulman – et la présente enquête va dans le même sens.

D’abord, son titre souligne qu’il ne s’agit pas tant du vote des catholiques que de celui des catholiques pratiquants, la nuance a du sens. Et l’enquête révèle que, bien que l’électorat catholique soit encore plutôt marqué à droite, l’hétérogénéité électorale du groupe augmente. Ensuite, seulement 50% des interviewés déclarent que leurs convictions religieuses vont peser sur leur choix.

D’autre part, peu de groupes religieux sont d’une importance sociale telle qu’ils méritent d’être flattés par les candidat-es, surtout si on ne parle que des pratiquants. Enfin, les priorités  des électeurs peuvent être difficiles à cerner. Ainsi, la légalisation du cannabis dissuaderait les catholiques de voter pour celui ou celle la porterait, plus que ne le ferait la légalisation de la GPA ou de l’euthanasie. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search