Les Français et l’interruption volontaire de grossesse

L’IFOP met en ligne les résultats d’une enquête sur les Français et l’IVG.

L’un des intérêts de ces résultats est d’avoir mis en parallèle les résultats d’une enquête similaire menée en 1974; le rapprochement fait émerger une évolution importante de l’opinion. Les catholiques pratiquants forment un groupe dont les opinions diffèrent des prises de position des Français pris dans leur ensemble, et la différence s’est accrue entre 1974 et 2014. Aujourdh’ui, 47% des catholiques pratiquants, par exemple, sont favorables à des conditions d’accès à l’IVG, alors qu’il n’y a que 25 % de l’ensemble de la population (24 % de non-pratiquants et 15 % de sans religion) à y être favorable.

Les catholiques pratiquants restent le groupe social le plus opposé à l’IVG, mais sont maintenant majoritairement favorables à une liberté totale d’avortement (53 %). Les catholiques pratiquants se sont repositionnés: ils sont moins nombreux à considérer qu’il ne faut autoriser l’avortement que dans les cas où la mère est en danger (13% en 2013 mais 30% en 1974), plus nombreux à penser qu’on peut l’autoriser dans certains cas précis (34% contre 29% en 1974) et surtout plus nombreux à considérer qu’on peut l’autoriser si la mère le demande en raison de ses conditions matérielles d’existence (53% contre 16%).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
A.-L. Zwilling (11 février 2014). Les Français et l’interruption volontaire de grossesse. sociorel. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/udbe


Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search