Sectes: pouvoir ou fragilité?

Ah, les sectes, leurs gourous, le lavage de cerveau, les empires financiers occultes…

luca1Parfois, oui, mais pas seulement, et de loin pas. C’est ce que montre Nathalie Luca (anthropologue, Centre d’Études interdisciplinaires des Faits religieux / CNRS/EHESS), qui travaille depuis longtemps sur les sectes et nouveaux mouvements religieux. Elle a publié il y a quelques mois Individus et pouvoirs face aux sectes. Paris: Armand Colin (Sociétales) , 2008 (279 p.)

Elle y recense et étudie la façon dont les pouvoirs politiques prennent en compte ces groupes religieux, en France et en Europe mais aussi en Amérique du Nord et en Asie. Ces attitudes sont révélatrices de la façon dont nos sociétés modernes réalisent à la mondialisation, et des crises identitaires qu’elles traversent.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne-Laure Zwilling (23 décembre 2008). Sectes: pouvoir ou fragilité? sociorel. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ublp


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search