Imaginaires chrétiens et rhétoriques populistes au XXIe siècle

AAC pour une section thématique au 16e congrès de l’Association Française de Science Politique Imaginaires chrétiens et rhétoriques populistes au XXIe siècle, Lille, 5-7 juillet 2022 (Blandine Chelini Pont, blandine.chelini-pont@univ-amu.fr et Yann Raison du Cleuziou, yann.raison-du-cleuziou@u-bordeaux.fr). DLC 2 novembre 2021. 
Comme l’observe Olivier Roy la sécularisation du christianisme européen se traduit par une culturalisation des références chrétiennes (2019). Libérés de leur signification religieuse, ces symboles deviennent des marqueurs culturels patrimoniaux et peuvent faire l’objet d’une instrumentalisation politique. En France, Patrick Buisson a explicitement revendiqué ce transfert de valeurs : « Abandonnés comme lieux de prières, les églises et les crèches s’offrent à nous comme symboles d’identité » (2017, p. 299). La sécularisation rend possible le détournement populiste du religieux (Marzouki, McDonnell, Roy, 2016). A ce titre, « les racines chrétiennes » sont devenues un topique des discours populistes que ce soit en France, en Italie, en Pologne, en Hongrie, en Bavière ou ailleurs (Raison du Cleuziou, 2020). Le chapelet brandi par Mateo Salvini, la crèche de Noël de Robert Ménard ou les crucifix de Markus Söder illustrent cet usage politique. Patrimonialisé comme matrice culturelle, le christianisme permet de concurrencer l’identification du peuple aux citoyens en construisant un « vrai » peuple identifiable à sa culture. Les musulmans ou les minorités sexuelles se trouvent symboliquement exclus du corps civique et leurs demandes disqualifiés comme des déviances. Cette rhétorique serait un indicateur d’une tendance à l’illibéralisme à l’échelle globale (Zakaria, 1998). Selon Roger Brubaker, le renouveau du nationalisme s’appuie sur une internationale qui prend la défense de la civilisation chrétienne comme étendard (2017). Cette rhétorique circule grâce à la construction de réseaux conservateurs transnationaux (Kuhar & Paternotte, 2017). Mais le paradigme de la sécularisation a ses limites. Car comment expliquer le succès des leaders populistes dans des aires géographiques bien moins sécularisées que l’Europe comme le Brésil et les Etats-Unis (Zuquete, 2017)? Et surtout comment expliquer le ralliement électoral de certains chrétiens, protestants ou catholiques, aux leaders populistes (Haberman, 2019) ? Leur vote n’est-il pas le signe que ces leaders parviennent à répondre à une demande religieuse et non seulement identitaire ? Pour Andrew Arato, il existe des affinités profondes entre la rhétorique populiste et certaines théologies politiques (2014). Dans les partis populistes, le chef incarne la rémanence des constructions religieuses du peuple et cristallise une attente messianique sur lui en se présentant comme un sauveur en capacité de chasser le mal et d’interrompre la décadence (Charaudeau, 2011). Que ce soit au Brésil ou aux Etats-Unis, cette dimension sotériologique était présente dans les légitimations par les prédicateurs évangéliques du vote en faveur de Jair Bolsonaro ou Donald Trump (Fer, 2016 ; Gagné, 2020). Dans certains mouvements populistes, l’eschatologie religieuse est au cœur d’une compréhension renouvelée de la politique étrangère et des alliances géopolitiques, tout particulièrement dans le rapport à l’Etat d’Israël (Chelini Pont, Dubertrand, Zuber, 2019). L’exploration des ressorts spécifiquement religieux des populismes de droite est nécessaire pour comprendre le phénomène parce qu’il permet de souligner des facteurs explicatifs négligés jusqu’alors (DeHanas & Shterin, 2018). Cette ST a pour objet d’explorer cette voie. Les contributrices et contributeurs sont invités à présenter des communications s’appuyant sur l’analyse des imaginaires religieux populaires ou savants. Ils décriront finement la construction des argumentaires exégétiques, théologiques ou spirituels mobilisés dans les espaces religieux chrétiens pour justifier le soutien aux leaders populistes. Ils décriront les acteurs, les sources, les thèmes et les réseaux au cœur de la construction religieuse de la légitimité populiste et les controverses qui en résultent au sein des univers confessionnels décrits. Proposition de communication de 3000 signes avec présentation bio-bibliographique à envoyer aux responsables de la ST avant le 2 novembre 2021.


Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).