Au-delà et masculinité…

L’IFOP met en ligne les résultats de deux enquêtes.

La première porte sur l’évolution du rapport des Français à l’au-delà. Le nombre de personnes croyant à “quelque chose” qui subsisterait après la mort est en baisse constante depuis 20 ans; actuellement, près de la moitié des personnes interrogées considèrent que « l’être humain disparaît totalement » après la mort (49%). Parmi ceux qui considèrent qu’il se passe quelque chose après la mort, on trouve encore 14% d’interviewés qui affirment que « l’âme humaine devient immortelle » (ce chiffre monte à 26% pour les catholiques pratiquants), 10% qui considèrent que « l’âme humaine est en attente de réincarnation dans un autre corps », et 7% qui disent que « l’âme humain est en attente de résurrection des corps ». Enfin 20% des répondants ne se prononcent pas.

La seconde enquête évoque le rapport des hommes à la masculinité après #Metoo. On constate que ce sont les plus jeunes (25-34 ans) qui expriment le plus de difficulté par rapport à leurs relations avec les femmes, et qui ont un taux d’affirmation de type “viriliste” le plus fort.  Malheureusement, comme souvent, le faible taux de répondant ne permet pas de vraiment tirer de conclusions quant au rôle de la religion; il semble cependant que, si les catholiques sont assez proches de la moyenne nationale, les musulmans s’en écartent plus fortement.


Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search