Dérives sectaires

Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, a annoncé  le rattachement de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) au ministère de l’Intérieur, au sein du Comité interministériel de prévention de la délinquance de la radicalisation (CIPDR). Cette fusion de la Miviludes répond à une recommandation de la Cour des comptes de 2017. Elle suscite l’inquiétude de plusieurs associations, comme l’Union nationale des associations de défense des famille et de l’individu victimes de sectes ou le Centre contre les manipulations mentales.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
A.-L. Zwilling (13 novembre 2019). Dérives sectaires. sociorel. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ueub


Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search