En quoi les jeunes croient-ils?

En quoi les jeunes croient-ils ?, OpinionWay pour La Croix, mars 2018, sondage réalisé auprès des jeunes de 18 à 30 ans.

Des « croyants » qui ne « croient » pas tous
L’existence de Dieu paraît « certaine ou probable » à 52% du total, 58% des 18-21 et 55% des 21-25 ans. De façon plus suprenante, l’existence de Dieu ne paraît « certaine ou probable » qu’à 72% de ceux qui disent avoir une religion (30% la jugent « certaine », 42% « probable ») ainsi qu’à 70% des chrétiens (91% des pratiquants et 60% des non-pratiquants).
De plus, 7% des croyants pratiquants pensent que l’existence de Dieu est « improbable ». 26% de ceux qui ont une religion pensent qu’elle est « improbable » (21%) ou « exclue » (5%). En revanche, 26% de ceux qui n’ont pas de religion pensent qu’elle est « certaine » (3%) ou « probable » (23%).

Des chrétiens pas trop « spirituels »
50% des chrétiens jugent la dimension spirituelle « plutôt » (34%) ou « très » (16%) importante. 79% des membres des autres religions la trouvent « très » (38%) ou « plutôt » (41%) importante.

Les relations entre religions
63% jugent le dialogue entre religions « facile », 36% « difficile » ; ceux qui ont une religion sont plus nombreux à le juger « facile » (69%) que ceux qui n’en ont pas (57%), et les pratiquants plus nombreux (74%) que les non-pratiquants (65%).
Ils sont 57% (soit 7 points de plus qu’en 2016) à juger « facile » d’assumer sa croyance, et 43% (7 de moins, 37% en 2016) à juger cela « difficile ». Les chrétiens dans l’ensemble jugent plus volontiers « facile » (56%) d’assumer sa religion que les membres d’autres religions (39%, et 57% à trouver cela « pas facile » dont 14% qui jugent cela « très difficile »).

Une appartenance religieuse en hausse
Par rapport au sondage de 2016, l’appartenance religieuse est catholique à 41% (-1), musulmane à 8% (+4). L’appartenance protestante, bouddhiste, juive et orthodoxe est stable (à 3, 1, 1 et 0%), celle à une autre religion augmente à 3% (+1). Les sans religions sont 43% (-4 par rapport à 2016). Ils sont 57% à déclarer une religion, soit 4 de plus qu’en 2016.
De façon similaire à d’autres sondages, on voit que l’appartenance religieuse augmente par croissance de l’appartenance à l’islam et à d’autres religions, et diminution des sans religions.


Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).