Sociologie de l’électorat en France

L’Ipsos publie une sociologie de l’électorat après le premier tour de l’élection présidentielle. Encore une fois, les résultats sont déclinés en catholiques pratiquants réguliers et occasionnels, et non pratiquants, et “autres religions” en bloc, ce qui ne renseigne pas énormément. On remarque encore une fois que le degré d’adhésion joue un rôle important: l’écart est beaucoup plus grand entre la moyenne générale et les catholiques pratiquants réguliers, qu’entre la moyenne générale et les catholiques non pratiquants.


Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).