Figurer les invisibles

Appel à contribution pour la revue Images re-vues, “Figurer les invisibles“.

Le fait qu’une œuvre soit visible – ou plus largement perceptible – mais aussi qu’elle rende perceptible ce qui avant ne l’était pas ou l’était difficilement se révèle essentiel dans le contexte d’une relation entre les hommes et les autres catégories d’êtres (dieux, esprits, fantômes, animaux, ancêtres, etc.) qui peuplent le monde. On s’intéressera à ce qu’implique l’acte de figurer pour une relation avec les invisibles. Quelles sont donc les motivations qui président à la figuration des êtres invisibles ? Qui produit et pour qui ? Quels procédés sont-ils employés, et sont-ils fixes ? Quelle relation y a-t-il entre l’être figuré et la technique et la forme de sa représentation ? Quelle part est-elle laissée à l’imagination, aux images mentales du producteur et du spectateur ? Enfin la façon dont ces objets sont utilisés – notamment lors des rituels – influe-t-elle sur leur appréhension sensible ?



Citer ce billet
Anne-Laure Zwilling (2009, 11 juin). Figurer les invisibles. sociorel. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ubqv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search