Catholiques infidèles? Ou infidèles catholiques?

Alors qu’il se publie de moins en moins d’enquêtes prenant en compte l’appartenance religieuse (mais peut-être que l’approche des présidentielles va en susciter quelques-unes), je ne peux m’empêcher de relever ceci: à la page 11 de l’enquête IFOP pour Gleeden.com sur les Français et l’infidélité, dans un “Zoom sur les Français ayant déjà eu un rapport sexuel avec une autre personne que leur partenaire habituel”, un petit graphique donne discrètement la répartition des personnes en fonction de la pratique religieuse; c’est amusant.
Je reste perplexe quant à l’interprétation possible des résultats fournis: sans surprise, les répondants sont là répartis en sans religion, catholiques non pratiquants, cath. pratiquants occasionnels, et cath. pratiquants réguliers, les taux étant respectivement de 43%, 38%, 40% et 48%. La répartition par genre montre, comme pour tous les autres graphiques, le nombre plus important d’hommes que de femmes ayant eu un rapport sexuel avec une autre personne que leur partenaire habituel(le). Ce qui m’étonne, c’est que les trois courbes ont le même dessin: le nombre “d’infidèles” est plus élevé chez les pratiquants réguliers que chez les “sans religion”. le nombre le plus bas étant chez les catholiques non pratiquants. Surprenant… et intéressant.

 



Citer ce billet
A.-L. Zwilling (2016, 25 avril). Catholiques infidèles? Ou infidèles catholiques? sociorel. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/udvz

Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search