Adolescents et religion en France

Les premiers résultats d’une étude comparative Europe / Etats-Unis menée en France par l’équipe de recherche du laboratoire Pacte, ont été mis à disposition récemment sur internet. L’enquête a été menée en milieu scolaire,  auprès de plus de 10 000 collégiens.
Elle concerne les jeunes scolarisés de la 5ème à la 3ème en collèges publics et privés sous contrat dans le département des Bouches-du-Rhône, et aborde le thème des adolescents et de leur rapport à la loi. Un des chapitres de l’enquête prend en compte l’appartenance religieuse et le rapport à la religion.
Il semble très riche de résultats. La religion n’étant pas le focus principal, ce serait cependant à creuser – ou sans doute est-ce la forme brève du rapport qui leur donne un côté un peu déconcertant. On apprend ainsi que “Les athées sont les plus favorables à l’égalité entre hommes et femmes. Les musulmans sont les plus opposés à ces principes. Par exemple, chez les plus croyants des deux cultes, ces derniers pensent à 36% qu’on doit séparer hommes et femmes à la piscine contre 10% des catholiques.” On pourrait se demander si l’accès à la piscine séparé par genre est le marqueur le plus clair de l’importance accordée à l’égalité homme-femme, certains affirmant au contraire que la séparation des gens permet à plus de femmes de fréquenter les piscines… De même, lorsque l’on lit que “Les athées sont les plus favorables à ce que l’Etat ne soutienne pas les cultes. Les musulmans ont la position la plus opposée, a fortiori s’ils sont affirmés. Par exemple concernant la possibilité d’un salaire des religieux payé par l’Etat, chez les plus croyants, 54% des musulmans soutiennent l’idée contre 43% des catholique – et 19% des athées”, on aimerait pouvoir savoir quelle est la part utilitariste d’une adhésion des membres d’un groupe religieux à l’idée d’un soutien financier de l’Etat, on aimerait savoir aussi quelle est la part jouée par des modèles de relation Etat-religion pratiqués dans d’autres pays. Enfin, si “les jeunes musulmans pensent plus souvent que l’Etat ne les traite pas d’une manière égale, et sont même une majorité dans ce cas s’ils sont affirmés. Le sentiment d’être moins bien traité à l’école, dans les magasins et surtout par la police est assez fréquent (40%). Le fait de se sentir systématiquement victime d’un injuste traitement (dans les magasins, à l’école, face à la police) est surtout vrai chez les plus affirmés dans leur religion, en particulier chez les musulmans”, il serait intéressant de cerner précisément la relation religion / perception de maltraitance socials: les jeunes musulmans sont-ils le moins bien traités parce qu’ils sont musulmans, ou trouve-t-on plus de jeunes maltraités dans le groupe des musulmans du fait de leur provenance sociale, géographique, ou de leurs résultats scolaires? Les jeunes expriment-ils d’autant plus volontiers une adhésion forte à une religion perçue comme moins “conforme” du fait de leur qu’ils ont le sentiment d’être moins bien traités?
Bref, bien des questions passionnantes à reprendre. “Les adolescents, la loi, la famille et l’école“, enquête UPYC – IPSOS (février 2016), les résultats complets sont ici, le sommaire ici.


Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search