Journaux prédateurs

On parle de plus en plus dans les milieux de la recherche (ici, , ici, là encore) des revues prédatrices (predatory journals): ces revues qui s’appuient sur l’enjeu que représentent la publication et la citation dans la carrière des chercheurs. Lesdites revues proposent des publications dans des revues soi-disant de qualité et internationalement connues, mais qui font payer aux auteurs la publication alors qu’il n’y a qu’une faible (voire inexistante) qualité scientifique au rendez-vous. Jeffrey Beall propose une liste des revues solitaires et des revues d’éditeurs potentiellement prédatrices – à réviser, et malheureusement peut-être augmenter, en fonction de vos propres expériences ou des astuces données ici, , ou … Et ne pas oublier, sur ce sujet comme partout, que “tout ce qui brille n’est pas d’or”!

N. B. Pour s’y repérer dans les différents modes d’édition et comprendre les subtilités de l’open access, un récapitulatif assez clair est proposé par le SCD de l’Université de Rennes.



Citer ce billet
A.-L. Zwilling (2015, 19 mars). Journaux prédateurs. sociorel. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/udnz

Auteur/autrice : A.-L. Zwilling

Ingénieure de recherche CNRS hors classe HdR, membre de l'unité mixte de recherche "Droit, religion, entreprise et société" (UMR 7354, CNRS/Université de Strasbourg). Directrice, notamment, du projet international EUREL, informations sur l'état juridique et sociologique des religions en Europe (http://www.eurel.info).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search