Publications (septembre 2017)

• Bock-Côté, Mathieu, Le multiculturalisme comme religion politique, Paris, Cerf (Actualité), 2016.

 

 

• Dandrieu, Laurent, Eglise et immigration : le grand malaise. Le Pape et le suicide de la civilisation européenne, Presses de la Renaissance, 2017.

 

• Fritz Lienhard, La différenciation culturelle en Europe. Un défi pour les Eglises, Olivétan, 2017.

 

 

• Noha Mellor, Voice of the Muslim Brotherhood. Da’wa, Discourse, and Political Communication, Routledge, 2017.

Lina Molokotos-Liederman, Anders Bäckström, Grace Davie (dir.), Religion and welfare in Europe: gendered and minority perspectives, Policy Press, 2017.

 

• Bernard Ravet, Principal de collège ou imam de la République?, Éditions Kero, 2017.

 

• Evert Veldhuize, (dir.), Les pasteurs. Acteurs avec les temps. Une profession en constante évolution, Cahiers de l’APF 45-46, 2016-2017.

• Valentine Zuber, La laïcité en débat. Au-delà des idées reçues, Le cavalier bleu, 2017.

Publications

Constance Arminjon, Une brève histoire de la pensée politique dans l’islam contemporain, Genève, Labor et Fides, 2017.
https://www.laboretfides.com/fr_fr/index.php/actualites/a-paraitre/une-breve-histoire-de-la-pensee-politique-dans-l-islam-contemporain.html

Yadh Ben Achour
et François Dermange, Quel islam
pour l’Europe ?, Genève, Labor et Fides, 2017.
https://www.laboretfides.com/fr_fr/index.php/actualites/a-paraitre/quel-islam-pour-l-europe.html

Valentine Zuber, L’origine religieuse
des droits de l’homme, Genève, Labor et Fides, 2017.
https://www.laboretfides.com/fr_fr/index.php/actualites/a-paraitre/l-origine-religieuse-des-droits-de-l-homme.html

Marchand de peau d’ours

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, dit-on. Pourtant, par définition, lorsque nous commençons une recherche, nous ne savons pas ce que nous allons trouver. Alors, lorsque nous répondons à un appel à financement, nous proposons au bailleur de fonds une magnifique peau d’ours. Même si nous ne sommes pas sûrs que nous arriverons à tuer l’ours. Ou si nous parlons du même ours. Ni même s’il y a un ours.

Mais quand l’Action Nouvelle de Reboisement (ANR) et l’Enthousiaste Reforestation Contemporaine (ERC)  proposent de quoi acheter l’équipement dernier cri si on leur ramène une peau d’ours, alors qu’en temps normal on a juste de quoi acheter une (moche) carte postale qui représente un nounours minable, ça donne envie. Et on leur dit que s’ils nous équipent, oui, oui, on leur trouvera un ours. Promis. Un superbe. Un vrai, un beau, avec plein de dents et des griffes comme ça…

D’ailleurs, en général, on y croit, à cet ours. On se dit qu’on ne sait jamais, puisqu’on a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours… Et qu’en tout cas, avec tout cet argent, on va quand même réussir à trouver quelque chose – il faudrait juste que ce soit un ours, ou que ça y ressemble, même de loin. Un Saint-Bernard, un écureuil, quelque chose. Pas un carburateur, non, ça ça ne le ferait pas, même si c’est très utile et intéressant, un carburateur… En tout cas, on pense qu’on va trouver quelque chose. Enfin, moi, quand je demande le financement, c’est que j’y crois. Oui, je sais qu’il y en a qui veulent juste l’équipement. Et qui sont doués d’ailleurs. Ils vont dire qu’ils sont spécialistes de la chasse à l’ours quand ils ont un BTS d’esthétique. Et après, ils vont attraper un caméleon ou un lapin – et souvent, ils arrivent même à faire passer leur lapin pour un ours (ceux qui trouveront le lien entre ce billet et la Russie soviétique ont gagné toute mon estime). Mais voilà, en attendant, entre croire et trouver, il y a un monde, n’est-ce pas? Alors, je vends des peaux d’ours que je n’ai pas. Comme tout le monde, en réalité. Alors qu’en fait, il faudrait juste pouvoir prendre le temps de savoir s’il y a en un. D’ours.